cpllyon6, Couple les 2 hétéros

A publié : Un deuxième souffle

Le Vendredi 12 Avril

  

Je me nomme Lilya et j’ai 42 ans.

 

Je suis mariée depuis 21 ans à un homme que j’aime à l’infini et il y a un an notre vie a changée.

 

Notre fille ayant quitté la maison, je pensais que nous retrouver à deux nous donnerait des idées plus… coquines, que nous aurions un regain sexuel.

 

Mais pas du tout ! Ça faisait 5 ans que toute nos soirées se déroulaient ainsi : dîné, soirée télé, puis un petit coup vite fait en amazone ou en missionnaire, rien de très palpitant.

 

On dit souvent que la femme est à l’apogée de sa sexualité dès ses quarante ans, et moi je m’ennuyais ferme.

 

Un soir, une amie me dit : « tu sais, faut surtout le surprendre, le faire sortir de sa routine, ça se trouve il manque juste un peu de sel dans votre vie »

 

 

 

Le lendemain soir, en rentrant de chez mon fournisseur, je jetais ma culotte dans le placard de l’entrée et le rejoignais dans la cuisine.

 

Steven était là, affairait à nous préparer notre repas.

 

Je me mis à l’embrasser dans la nuque, pressant ma poitrine contre son dos.

 

« Qu’est ce qui t’arrive ? »

 

Il se retourna et me regarda complétement étonner. Je pris sa main et la glissa sous ma jupe, lui plaquant les doigts sur ma tonsure.

 

Il se mit à rire. « On n’a pas passé l’âge pour ça ? »

 

Je me sentis blessée et gênée qu’il ne m’encourage pas plus.

 

Ce soir là je me suis mise au lit le ventre nouée et découragée par son manque de désir.

 

 

 

Une récréation champêtre

 

Quelques jours plus tard, nous devions aller voir notre fille dans son nouvel appart. En cours de route, la voiture s’est emballée et nous avons dû nous garer en pleine campagne, en attendant un dépanneur. Il y en avait pour plus d’une heure d’attente.

 

 

 

Alors que je pestais sur le sort qui s’acharnait, mon mari me lança un regard que je n’avais pas vu depuis des années.

 

Il bascula nos sièges, et se mit à m’embrasser compulsivement.

 

Il pressa ses mains sur mes hanches, retroussa ma robe, et me pénétra avec violence.

 

Ce fût la meilleure baise de ces cinq dernières années. Une fois terminée, il s’excusa.

 

« Je ne sais pas ce qu’il m’a pris, le fait de savoir qu’on est à la vue de tous et qu’on pourrait être surpris par le dépanneur, je ne sais pas, ça m’a excité »

 

Je vous avoue que je n’ai pas eu à lui pardonner. C’est tout ce que j’attendais de lui !

 

En rentrant à la maison je lui ai demandé ce qu’il voulait de plus dans notre relation.

 

« J’aimerais bien ouvrir notre sexualité à d’autre. En fait j’aimerais bien te voir faire l’amour avec une autre femme, où t’observer avec un autre homme. »

 

Alors ça, je ne m’y attendais pas du tout. Lui, l’homme toujours bon chic bon genre, qui parle rarement de sexe même avec ses amis. Comme quoi, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.

 

Le candaulisme, la solution parfaite

 

J’ai découvert par hasard, qu’un club privé candauliste se trouvait à quelques kilomètres de la maison.

 

Je l’ai donc emmené là-bas sans lui dire ce que j’avais prévu.

 

 

 

Après avoir franchi les portes, il s’illumina. J’avais visité l’endroit quelques jours auparavant pour être sûr que ce soit dans nos attentes.

 

Il voyait des femmes somptueuses et des hommes très classes évoluées autour de nous.  

 

Il se mit à me sourire. « Je choisis pour toi ? »

 

J’acquiesça et il se dirigea directement vers une belle brune, cheveux retenus en chignon, qui nous offraient en spectacle une chute de rein magnifique.

 

Il lui chuchota à l’oreille et elle se retourna. Elle me fixa un long moment, puis se dirigea vers moi.

 

« Ça te plairais qu’on joue un peu ? Ton mari nous regardera et le mien nous rejoindra ensuite »

 

Je me laissais entrainer dans le dédale des chambres.

 

Là elle défit ma robe d’un simple mouvement de doigts. Le tissu glissa le long de mes jambes.

 

Elle m’inclina sur le sofa et commença à faire jouer sa langue le long de mon clitoris. Je voyais Steven se masturber sur le lit alors qu’il nous observait.

 

Elle se frotta ensuite à moi et me mordillait le cou, je commençais à être au paradis.

 

Un homme entra dans la pièce à ce moment-là, et demanda s’il pouvait participer.

 

Mon mari accepta et je me suis retrouvée à me faire prendre par derrière alors que sa femme continuait son cunnilingus. Ça commençait à être parfait, et j’ai vu Steven se rapprocher de nous.

 

Je lui pris goulument son sexe entre mes lèvres. Je le suçais de façon compulsive, comme une vraie vorace.

 

Cela ne dura pas plus d’une heure, mais ce soir-là, ça a métamorphosé notre vie.

 

Nous allons régulièrement en club privé, toujours le même. Nous y sommes comme dans une famille. Steven choisi toujours pour moi, et je le laisse faire.

 

Nous passons beaucoup moins de temps devant la télévision, ou si, mais à mater plus de porno et je continue à me promener sans sous-vêtements au cas où la voiture retomberait en panne.

 

Vraiment, être libertins et échangiste, pour nous : c’est apprécier la vie.